104e Réunion du Conseil des ministres de l’Éducation (Canada) (CMEC)

COMMUNIQUÉ – LES MINISTRES DE L’ÉDUCATION ACCUEILLENT LE COLLOQUE PANCANADIEN DES ÉDUCATRICES ET ÉDUCATEURS AUTOCHTONES

Yellowknife, le 2 juillet 2015 – Les ministres  provinciaux et territoriaux de l’Éducation s’étaient donné rendez-vous cette  semaine à Yellowknife, Territoires du Nord-Ouest, pour le tout premier colloque  pancanadien des éducatrices et éducateurs autochtones ainsi que pour la réunion  annuelle de leur organisation intergouvernementale, le Conseil des ministres de  l’Éducation (Canada) [CMEC].

Colloque des éducatrices et éducateurs autochtones du CMEC

Le Colloque des éducatrices et  éducateurs autochtones du CMEC était une initiative sans précédent du CMEC pour  trouver les meilleurs moyens d’inciter les Autochtones à poursuivre une  carrière en enseignement et pour veiller à ce que les éducatrices et éducateurs  autochtones chevronnés demeurent dans la profession et s’y épanouissent. Il a  réuni des délégations composées d’éducatrices et d’éducateurs ainsi que d’aînées  et d’aînés autochtones des quatre coins du Canada pour un remue-méninges  de deux jours, éclairé par des conférences principales, des panels d’universitaires  autochtones, des séances en petits groupes, des cercles de discussion et des  témoignages d’aînées et d’aînés.

Dans l’après-midi de mardi, les  ministres de l’Éducation se sont joints aux discussions des personnes  participantes sur le recrutement, la formation et la rétention du personnel  enseignant dans le contexte de l’éducation des Autochtones au Canada.

« La recherche démontre que l’embauche  d’enseignantes et d’enseignants autochtones enrichit l’apprentissage des élèves  autochtones et produit des résultats positifs sur eux », a déclaré  M. Jackson Lafferty, ministre de l’Éducation, de la Culture et de la  Formation des Territoires du Nord-Ouest et coprésident du groupe de travail du  CMEC sur l’éducation des Autochtones. « Lors de ce colloque, nous nous  sommes tournés vers des spécialistes – les éducatrices et éducateurs  autochtones – afin de déterminer comment faire de la profession enseignante un  choix de carrière intéressant pour les jeunes Autochtones et faciliter le  perfectionnement professionnel des éducatrices et éducateurs déjà en  poste. »

Un rapport faisant état des idées  mises en commun lors du colloque sera publié dans les prochains mois.

L’éducation des Autochtones au CMEC

L’éducation des Autochtones était  également un point important à l’ordre du jour de la 104e réunion  du CMEC. Les ministres ont rencontré Mme Marie Wilson  et M. Wilton Littlechild, membres de la Commission de vérité et  réconciliation du Canada (CVRC), pour échanger sur les résultats et les  recommandations du récent rapport de la commission sur l’héritage des  pensionnats indiens, notamment en ce qui touche l’éducation. Il a été reconnu que la recommandation 63 du rapport de  la CVRC exhortait le CMEC à maintenir son engagement en éducation des  Autochtones.

Les ministres ont signalé que la  mise en œuvre d’un grand nombre des recommandations de la CVRC était déjà en  cours ou était prévue dans les provinces et les territoires, en fonction de  leurs réalités et avec la participation des Premières Nations et des communautés  métisses et inuites. Le Plan du CMEC pour l’éducation des Autochtones s’aligne  de près sur la recommandation 63 en soutenant le perfectionnement professionnel  des Autochtones qui souhaitent faire carrière en enseignement; en produisant des  ressources didactiques qui mettent l’accent sur l’héritage des pensionnats  indiens, pour qu’elles soient utilisées dans les programmes de baccalauréat en  éducation et les programmes de formation à l’enseignement dans tout le Canada; en  faisant mieux connaître l’héritage et l’histoire des pensionnats indiens dans  tous les systèmes d’éducation de la maternelle à la fin du secondaire au pays;  et en mettant en commun les pratiques porteuses en éducation des Autochtones.

Les ministres ont accueilli la recommandation de la CVRC et  se sont engagés à continuer sur leur lancée et à faire avancer encore davantage  l’éducation des Autochtones partout au Canada. Ils ont de plus réaffirmé leur volonté  de veiller à ce que les programmes d’études des systèmes scolaires provinciaux  et territoriaux permettent aux élèves de comprendre comment les pensionnats ont  affecté les enfants autochtones, leurs familles, leurs communautés et, en fin  de compte, l’ensemble du pays.

« Toutes les éducatrices et  tous les éducateurs – peu importe où ils vivent ou ce qu’ils enseignent –  doivent comprendre clairement l’histoire et l’héritage de ce sombre chapitre de  l’histoire canadienne », a déclaré M. Lafferty. « La réalisation  de cet objectif est une étape importante pour éviter que d’autres générations portent ce lourd fardeau du passé. »

Les ministres ont réaffirmé l’engagement qu’ils ont pris pour combler  l’écart de rendement scolaire entre les Autochtones et les non-Autochtones. L’établissement  de liens solides entre le CMEC et le Groupe de travail sur les affaires  autochtones s’inscrit dans les efforts déployés pour donner suite à cet  engagement.

De plus, les ministres encouragent  le gouvernement fédéral à travailler avec les communautés et les organisations autochtones  pour s’attaquer aux problèmes de financement et de gouvernance auxquels font  face les écoles des réserves, dont il a la responsabilité fiduciaire.

Éducation postsecondaire

L’éducation postsecondaire était un  autre dossier important à l’ordre du jour de la réunion du conseil à Yellowknife. À la suite de présentations données par  l’Ontario, la Nouvelle-Écosse et la Colombie-Britannique, les ministres ont  échangé de l’information sur les initiatives provinciales et territoriales de  transformation de l’éducation postsecondaire et sur les moyens d’appuyer le  paysage changeant de l’éducation postsecondaire au profit des étudiantes et  étudiants. Ils  ont parlé de thèmes importants, notamment : les résultats de  l’apprentissage, les parcours et les transitions; la viabilité et la reddition  des comptes; l’accessibilité et l’abordabilité; ainsi que l’enseignement  supérieur et les marchés du travail.

Les ministres ont convenu de travailler ensemble en échangeant de  l’information et en explorant les enjeux d’intérêt commun.

Alignement des systèmes d’éducation et des marchés du travail

Dans la foulée de « Compétences  pour l’avenir », le colloque très réussi tenu conjointement l’été dernier  à Charlottetown par les ministres provinciaux et territoriaux responsables de  l’éducation et du marché du travail, les ministres ont examiné une version  d’une trousse pancanadienne de pratiques porteuses pour mieux aligner les  systèmes d’éducation et de formation sur l’évolution des besoins des marchés du  travail. Les pratiques recensées portent sur quatre thèmes généraux : la  mise à niveau des compétences de la population canadienne; les programmes  primaires-secondaires adaptés à la demande sur le marché du travail; les programmes  postsecondaires adaptés à la demande sur le marché du travail; et les mesures  d’appui à l’intégration sur le marché du travail de populations cibles.

Dans les prochains mois, les  ministres feront connaître cette trousse à la population du Canada.

L’éducation au Canada sur la scène  mondiale

Conformément à  l’engagement du CMEC favorisant le dialogue international et la coopération en  éducation, le Canada a été l’hôte, en mars dernier, du Sommet international sur  la profession enseignante (SIPE) 2015 à Banff, Alberta. Cet événement  phare a réuni plus de 400 éducatrices et éducateurs en provenance de  17 pays.

« L’amélioration  de la profession enseignante est une responsabilité collective qui produit des  retombées collectives. Le SIPE est le principal forum international  s’inscrivant dans cet objectif, et le Canada est très fier d’avoir pu  travailler avec de si nombreux partenaires pour faire du SIPE 2015 un  immense succès », a déclaré M. Peter Fassbender, ministre de  l’Éducation de la Colombie-Britannique et président suppléant pour la 104e réunion  du CMEC.

Les  ministres ont fait le bilan du sommet de Banff, discuté de la participation du  Canada à la prochaine édition, qui se tiendra à Berlin en 2016, et défini  des thèmes qui pourraient être proposés à ses organisateurs.    

Compétences mondiales

Les ministres ont poursuivi leur  conversation sur les compétences et les connaissances dont les Canadiennes et Canadiens ont besoin pour réussir dans l’économie du xxie siècle – une économie toujours plus  axée sur le savoir. Ces « compétences mondiales » englobent la pensée  critique, la résilience, l’adaptabilité et l’intelligence émotionnelle et s’appuient sur les compétences de base telles la littératie, la numératie et la  compréhension scientifique.

Les ministres ont discuté des  progrès réalisés dans chaque province et chaque territoire pour intégrer les  compétences mondiales dans les salles de classe. Ils se sont également penchés  sur ce que les provinces et les territoires pourraient apporter à des projets  internationaux sur les compétences mondiales et sur ce qu’ils pourraient en  tirer. Le Programme international pour le suivi des acquis des élèves de l’OCDE,  par exemple, planifie introduire en 2018 un volet sur les  « compétences mondiales ».

Statuts du CMEC

Enfin, les ministres ont réaffirmé à leur  réunion leur engagement à consolider la collaboration intergouvernementale en  éducation en approuvant en principe une nouvelle version des statuts du CMEC.  Ces statuts ont initialement été adoptés par les ministres lors de la création du CMEC, en 1967, puis ont été renouvelés la dernière fois en 2005. En  particulier, les statuts renouvelés du CMEC :

       
  • contiennent une disposition qui permet dorénavant au Yukon, aux  Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut de présider le CMEC, mais qui reconnait  néanmoins la distinction entre la compétence exclusive des provinces en  éducation et la compétence déléguée aux territoires;
  •    
  • clarifient et simplifient les rôles, les  responsabilités et les procédures de gouvernance pour garantir l’efficacité  opérationnelle du CMEC dans les années à venir;
  •    
  • réaffirment et appuient le rôle du CMEC comme forum  favorisant le leadership des provinces et des territoires et la coopération  dans les dossiers pancanadiens et internationaux de l’éducation.

Les ministres devraient adopter les statuts de  façon officielle au début de l’automne.

Au sujet du CMEC

Fondé en 1967, le CMEC donne aux ministres de l’Éducation  au Canada une voix collective et leur permet d’assumer leur leadership en  éducation aux échelons pancanadien et international. L’organisme aide les  provinces et les territoires à exercer leur compétence exclusive en éducation.  Pour de plus amples renseignements, consultez notre site Web au www.cmec.ca.

- 30 -

Renseignements

CMEC 104
M. Colin  Bailey
Directeur,  Communications
Cellulaire 416  938-1911
Téléphone :  416 962-8100, poste 259
Courriel : c.bailey@cmec.ca
Twitter : @CCMEC

Colloque des éducatrices  et éducateurs autochtones du CMEC
Mme Jacqueline McKinnon
Gestionnaire,  Relations publiques et communications
Ministère de l’Éducation, de la Culture et de  la Formation
Territoires  du Nord-Ouest
Cellulaire : 867 446-6002
Téléphone :  867 920-6222
Courriel : Jacqueline_McKinnon@gov.nt.ca